LES SCÈNES TREMPLIN

Afin de mettre en lumière la scène artistique émergente et de permettre à des artistes en fin de cursus des conservatoires de musique et écoles d’art ou en tout début de carrière de se produire sur une scène professionnelle, le festival Musiques Démesurées organise des “scènes tremplin”.

© Mana Photographie

En partenariat avec le festival Courants d’Air (Bruxelles)

Samedi 2 novembre • 18h • Théâtre le Petit Vélo


« Comment Wang-Fô fut sauvé », de la Suptil’ Compagnie (anciens élèves des écoles supérieures d’art et du Conservatoire Royal de Musique de Bruxelles).
Avec:   Hyuna Noben, Aufray Di Bartolomeo, Emmanuel Hennebert, Nathalie De Muijlder, Wynand Mawet et Nicolas Sanna.
assisté de : Emilie Parmentier 
Musique : Sérgio Assad
Texte : Marguerite Yourcenar
Conception des marionnettes portées : Emeline Billat 
Conception des marionnettes d’ombre : Paulie Oster 
Réalisation des peintures : Marine Jin-Ju Dusapin 
Conception des costumes marionnettes : Juliette Bleuzé 
durée : 50 minutes / Dès 10 ans 

 

Dans le lointain Orient vivait un peintre, Wang-Fô, assisté de son disciple Ling. Wang-Fô possédait un talent surnaturel, et ses peintures à la beauté incomparable étaient connues à travers le monde entier. C’est son histoire qui va vous être contée. À la base du projet, il y a une réflexion autour de la musique de Natsu No Niwa, une suite composée pour duos et solos de guitare par le compositeur et guitariste brésilien Sérgio ASSAD pour le film japonais éponyme sorti dans les années 1990. Sur cette musique est venu se greffer un texte de Marguerite Yourcenar, Comment Wang-Fô fut sauvé, l’une des Nouvelles orientales de l’écrivaine dont la poésie épouse parfaitement les mélodies du compositeur. Ce projet rassemble autour de sa création différents artistes aux influences et aux univers variés : musiciens, comédiens, artistes peintres, plasticienne, etc. Tous ensemble ils ont œuvré à la mise en place d’un spectacle visuel et sonore, mêlant la marionnette, la peinture, le théâtre d’ombres et la musique afin de vous emporter dans l’imaginaire de Marguerite Yourcenar et vous conter Comment Wang-Fô fut sauvé.

© Andrea Graziosi

En partenariat avec le Conservatoire à Rayonnement Régional Emmanuel Chabrier de Clermont-Ferrand.

Mardi 5 novembre • 18h • Auditorium du CRR

IN ARIA, par les élèves de percussions du CRR de Clermont-Ferrand (classe d’Attilio Terlizzi) et Claudio Bettinelli.

 

IN ARIA est une forme proposée par Claudio Bettinelli pour les élèves de la classe de percussions du Conservatoire de Clermont Ferrand. Elle est née d’un questionnement sur le geste musical, geste à la source de toute production sonore et généré par une nécessité physique.

Ce projet consiste à utiliser les nouvelles technologies pour faire entrer le geste dans un processus d’amplification, de codage et de narration simultané. Il s’agit aussi d’offrir à l’interprète un espace de liberté par le biais de l’improvisation et par le fait que, dans ce dispositif synesthésique, une relation improbable deviendra, le temps d’un geste, possible.

Les interfaces proposées sont un kinect (capteur de jeu vidéo qui permet de modeler l’espace et de le rendre interactif), un theremine (un des plus anciens instruments de musique électronique, inventé en 1919 par le Russe Lev Sergueïevitch Termen), un smartphone et un arduino. Le logiciel utilisé est MAX/MSP.